TERREUR NOCTURNE DU BÉBÉ : COMMENT LUTTER ?

Temps de lecture : 5 minutes

La terreur nocturne du bébé est une des curiosités les plus étonnantes du sommeil, à rapprocher du somnambulisme. Les parents peuvent souvent être tirés de leur sommeil par les cris déchirants de leur petit bout. Face à la méconnaissance des symptômes et des causes, vous pouvez vous sentir impuissants.

Les parents confondent parfois la terreur nocturne avec un cauchemar chez le bébé. La première est bien plus impressionnante que le second. Ces conduites hallucinatoires restent néanmoins complètement inoffensives pour les bébés, et affectent davantage leurs parents ! Si le cauchemar chez le bébé peut perturber tous les nourrissons, ce trouble du sommeil particulier touche 40% des tout-petits environ.

Comment reconnaître les terreurs nocturnes ? Que faut-il faire pour aider son bébé sujet aux terreurs nocturnes ?

Comment se manifeste une terreur nocturne ?

terreur-nocturne-bebe-lutter

C’est entre 18 mois et 4 ans que la terreur nocturne du bébé et de l’enfant se manifeste.

Elles ont lieu pendant la phase de sommeil lent profond de l’enfant, soit environ 1 à 2 h après son endormissement. Le sommeil fonctionnant par cycles, le bébé peut être victime de ces terreurs nocturnes à chaque phase de sommeil lent profond. Cette phase marque le passage entre le stade où il dort profondément et la phase de sommeil paradoxal – celui des rêves. Sans que l’on sache pourquoi, ce passage entre les cycles de sommeil s’articule mal et entraîne l’apparition de terreur nocturne chez le nourrisson.

En pleine terreur nocturne, le nourrisson se montrera très agité, terrifié ou agressif, le plus souvent en larmes et peut avoir les yeux ouverts. Cela peut être impressionnant pour les parents, car l’enfant peut aussi hurler, avoir des sueurs, des nausées, son rythme cardiaque et sa respiration peuvent s’accélérer… Mais le tout petit enfant ne remarque pas la présence de ses parents près de lui. Ceci est dû au fait qu’il dort à moitié.

En dépit des apparences, les parents peuvent se rassurer : la terreur nocturne du nourrisson n’est absolument pas dangereuse pour leur bébé.

La terreur nocturne du bébé dure de 1 à 5 minutes en moyenne, voire davantage chez certains enfants.

À la fin de l’épisode, l’enfant se rendort sans éprouver de difficultés. Le parent peut poser sa main sur lui pour l’apaiser. S’il venait à se réveiller et qu’il découvrait ses parents troublés ou effrayés, le bébé pourrait en ressentir de l’inquiétude.

matelas bébé et enfant tedi by tediber

4 causes qui provoquent des terreurs nocturnes et des nuits difficiles

lutter-terreur-nocturne-bebe

La terreur nocturne du bébé apparaît surtout lorsque le sommeil de l’enfant est perturbé. Ce qui peut être le cas chez ceux qui n’ont pas pu faire la sieste, par exemple. Aussi, ces crises sont héréditaires.

Elles peuvent avoir 4 causes principales :

  1. Les habitudes de sommeil du nourrisson sont modifiées.
  2. Les parents couchent le bébé trop tard ou il est très fatigué : dans ces cas-là, son sommeil se modifie pour lui permettre de mieux récupérer. La phase de sommeil profond se modifie dans sa durée ou dans son intensité.
  3. Il est anxieux suite à des changements d’habitudes : il déménage, il change de crèche, ses parents se séparent, etc. Chez les bébés, le stress lié à ces situations peut déclencher des terreurs nocturnes lorsqu’ils y montrent des dispositions.
  4. Le nourrisson est malade ou a de la fièvre. Pour que ces 2 conditions entraînent l’apparition de terreurs nocturnes, il faut que l’enfant ait des dispositions à en avoir.

On retrouve aussi d’autres causes, comme l’asthme ou le reflux gastro-œsophagien.

matelas bébé et enfant tedi by tediber

Que faire en cas de terreur nocturne chez le bébé ?

terreur-nocturne-bebe

Les parents doivent garder en tête que malgré le caractère impressionnant de la terreur nocturne chez le bébé, elle ne présente aucun danger pour l’enfant.

Il faut s’abstenir de le réveiller en plein épisode et attendre calmement que le bambin se rendorme de lui-même.

Même si l’enfant a l’air éveillé, il ne l’est pas. Les parents doivent éviter donc de le toucher ou de lui parler pendant l’épisode. Les parents contrevenants à cette consigne risquent de prolonger la durée de la peur nocturne du bébé.

Si le bébé se réveille complètement de lui-même, on recommande aux parents de ne pas montrer d’inquiétude. Il vaut mieux l’aider à se rendormir calmement sur son incroyable matelas bébé, en lui chantant doucement une petite chanson qu’il connaît déjà, ou en caressant son dos ou son ventre.

Si l’enfant a l’habitude de s’endormir seul le soir, il est préférable de le laisser se rendormir sans adulte. Car la présence inhabituelle de ses parents pourrait lui faire sentir qu’un événement grave s’est passé alors qu’il dormait.

Si la peur nocturne de bébé perdure au fil des ans, mieux vaut la passer sous silence au moment du petit-déjeuner le lendemain. Car savoir comment il se comporte pendant son sommeil, et sans qu’il en ait conscience, pourrait l’effrayer. Ce qui pourrait avoir comme conséquence de ne plus vouloir aller se coucher le soir.

En cas de terreur nocturne du bébé, les parents peuvent installer dans la chambre, au dessus du matelas bébé, des attrapes rêves, laisser une veilleuse allumée et permettre au nourrisson d’avoir plusieurs doudous. Si ce trouble du sommeil persiste au-delà de ses 4 ans, une visite chez le pédopsychiatre ou le psychologue permettrait à l’enfant de démêler les mystères de son inconscient.

matelas bébé tedi by tediber

Publié le 08/11/2018

Découvrez aussi

Quel matelas pour bébé ? Choisir son matelas bébé, l’incroyable guide !
Comment aménager une chambre d’enfant ?
Quel matelas choisir pour un ado ?
PARTAGER L'ARTICLE