LA PASSION DU TEDDY BEAR : L'ARCTOPHILIE

Temps de lecture : 4 minutes

Pour commencer tel un cours de philosophie qui se respecte, l’arctophilie vient du grec ancien arctos, qui signifie ours, et philos, qui signifie amour, attirance. L’arctophile est donc étymologiquement parlant celui qui aime les ours. Attention, si vous aimez les hommes poilus, vous n'êtes pas pour autant arctophile. Ce terme est devenu au fil du temps celui pour désigner les collectionneurs et passionnés d’ours en peluche, ou les Teddy Bear pour les plus anglophones d’entre nous, à ne pas confondre avec notre matelas tediber pour les plus fans d'entre nous ;-)

Mais pour continuer d’en parler, nous avons préféré demander l’avis d’une passionnée : Lucie, présidente de l’association les Amis de Gueules de Miel, première association de France sur l’arctophilie depuis sa création en 1998. Leur mission ? Redonner le goût de la collection de l’ours en peluche, la 3e collection la plus répandue dans le monde, dans un pays pleins de collectionneurs, mais sans réel rassemblement.

Lucie au milieu de ses teddybear

"Et si on créait une fabrique d'enfants en peluche pour les ours ?" Patrick Sébastien

La première chose que j’apprends, c’est d’où vient le nom de cette association. Outre le rapport évident entre le miel et les ours, la présidente me dit que c’est surtout parce qu’« ils l’ouvrent, mais gentiment ». Comme les ours, qui sont porteurs de messages selon elle : pour les enfants surtout, qui leur parlent beaucoup, et qui les considèrent comme des confidents et amis. Et avec les Amis de Gueules de Miel, c’est les ours qui parlent beaucoup aussi…

"Les ours blancs sont blancs parce que ce sont de vieux ours" Alphonse Allais

En s’aventurant sur leur site, on découvre les aventures de Ninnin, ours aventurier remplaçant Bisou au poste de président de la SNOP (Syndicat National de l’Ours en Peluche). Et oui, même chez les ours on a le droit à une retraite, et c’était le moment pour Bisou de passer le flambeau, d'autant plus qu'il devenait, d'après Lucie, un brin trop âgé pour de telles responsabilités ! De nouvelles revendications pour la SNOP, mais surtout de nombreux récits de voyages sont arrivés avec Ninnin et la jeunesse. Et entre la Norvège et le pays basque, on a de quoi s'amuser.

"Car vous avez compris déjà mes amis que les ours se suivent mais qu´ils ne se ressemblent pas" Pierre Perret

Lucie a pu rencontrer nombre d'ours, entre ses pensionnaires, ceux des autres bénévoles de l’association, et les ours en peluche croisés ici ou là. Et comme pour la rencontre d'un ami, c'est l'histoire et la personnalité de ceux-ci qui font qu'elle les apprécie ou non ! Bien sûr, leur charisme et leur expression compte aussi, mais la beauté intérieure reste  très importante, même pour le choix d’un teddy bear. Certains devraient y retenir une leçon ! Et des histoires, il y en a à raconter, puisque chaque peluche à la sienne. Parmi ses nombreux pensionnaires, c’est l’histoire d’un ours autrichien, Schubert, qu'elle préfère. Schubert était l’ami d’une petite fille ayant eu le cancer. Après sa mort, ses parents n’ont pas voulu le garder. Bien qu’elle soit tragique, Lucie trouve cette histoire très belle, et on imagine très bien l’amour qui a pu lier cette peluche et cet enfant. Cet ours ne pourrait plus supporter d’être l’ours unique d’une personne et vit désormais mieux au milieu d’une collection. Et nombre de ses compagnons ont vécu des histoires fortes et marquantes comme celui-ci. D’après elle, on peut le ressentir en les voyant, comme un homme au passé chargé d’histoires : on trouve par exemple, parmi ses compagnons, plusieurs ours ayant participé aux grandes guerres aux côtés de leur ami et propriétaire, pour les soutenir tels de fidèles compagnons.

"Il ne faut pas toujours acheter la peau de l'ours" Auteur inconnu

Mais certains des ours qu'elle croise ont trop souffert pour Lucie : un jour, me raconte-t-elle, elle a ressenti une sensation bizarre en apercevant un ours sur une brocante, quelque chose de tragique dans son regard. Apeurée, sans savoir pourquoi, elle est allée demander au brocanteur l’histoire de cet ours : c’était l’unique survivant d’un incendie, et il dégageait trop de traumatisme pour que Lucie l’adopte. Et d’après elle, tous les ours en peluches sont énormément marqués par leur famille et leur foyer.

"Quelques fois, les plus petites choses prennent la plus grande place dans ton cœur." Winnie l'Ourson

Cette grande passionnée traite ses pensionnaires d’une façon admirable, les laissant vivre en liberté dans sa maison et leur laissant même le droit de faire quelques voyages lors d’exposition ou de manifestation en faveur de leur cause. Après lui avoir parlé, on voit les ours en peluche différemment, et on ne les voit plus comme de simples peluches mais bien comme des compagnons de tous les jours. Comme elle l’a très joliment dit, dans un monde comme le nôtre, ils nous apportent « une petite fenêtre de tendresse » dont nous avons tous besoin. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez aller voir le site de l'association.

matelas tediber

Publié le 14/11/2019

Découvrez aussi

5 bonnes raisons d'aimer la rentrée
Comment aménager votre chambre ?
L'incroyable playlist de l'été
PARTAGER L'ARTICLE